Bouddhisme

Dans la perception occidentale, le bouddhisme est vu comme une philosophie et un art de vivre. Alors que dans la société orientale, c'est une religion avec son propre dogme, sa philosophie et sa tradition. En général, le bouddhisme peut être défini comme l’enseignement du Bouddha Sakyamuni. Ainsi, l'origine du bouddhisme remonte au premier sermon de Bouddha à Sarnath. Mais en profondeur, selon les inscriptions gravées dans les colonnes de pierre de l'empereur Ashoka au IIIe siècle avant J.-C. à Niglihawa et Gotihawa, et certains textes bouddhistes, de nombreux bouddhas existaient avant le Bouddha Sakyamuni, ce qui indique que le bouddhisme existe depuis des temps anciens, antérieurs au Bouddha Sakyamuni, lequel a donc suivi la voie des anciens Bouddhas.

La pratique du bouddhisme consiste à atteindre la paix de l'esprit en éliminant la souffrance mentale et physique. Le but ultime de cette pratique est d'atteindre le Nirvana (l'Eveil). Le Bouddha a parlé des quatre nobles vérités concernant la souffrance et du noble sentier octuple pour éliminer cette souffrance. Il a également enseigné la théorie de la cause et de l'effet (c’est-à-dire l'origine dépendante ou le karma et son résultat), l'impermanence, la sagesse, la compassion, les cinq agrégats qui contribuent à générer la souffrance, sunyata (la vacuité), etc. La cause principale de la souffrance est l'ignorance qui crée le désir et l'aversion, et en conséquence nous souffrons de ne pas acquérir ce que nous désirons et de rencontrer ce que nous n'aimons pas. Ainsi, en éliminant l'ignorance, nous enlevons toutes les souillures mentales et nous réalisons sunyata, ce qui est un état de béatitude. La seule façon de réaliser le Nirvana est de pratiquer pragya, silla et samadhi, grâce auxquels on peut réaliser la vraie nature des éléments de l'univers, sunyata.

Dans le bouddhisme, il existe 3 principaux livres saints ou Tripitaka, les Trois corbeilles : Suta Pitaka, Vinaya Pitaka et Abhidhamma Pitaka. Le premier est le recueil des enseignements du Bouddha, le deuxième est le livre du code de conduite dans la communauté bouddhiste, élaboré pour donner des solutions au fur et à mesure que des problèmes survenaient dans la communauté bouddhiste à l'époque du Bouddha, et le troisième livre expose la philosophie bouddhiste. Il existe un autre livre, le Jataka, qui est également important dans le bouddhisme et qui raconte l’histoire des vies antérieures du Bouddha Shakyamuni. Il est dit qu'une fois que le Bouddha a atteint l'Eveil, toutes ses vies antérieures sont apparues dans son esprit et qu’il les a ensuite racontées à ses disciples pour leur édification.

Il existe trois véhicules différents dans le bouddhisme : le Theravada, le Mahayana ou Paramitayana et le Vajrayana. Historiquement, ces trois véhicules se sont développés peu à peu. Mais ses croyants ne sont pas d'accord avec cette théorie et ils disent que Bouddha a enseigné le Theravada dans son premier sermon à Sarnath, qu'il a enseigné le Mahayana au Gridhkuta à Rajgir 13 ans après son Eveil, et que 16 ans après il a enseigné le Vajrayana à Dhanyakataka.

Certains pensent que le Bouddha enseignait en langue pali, car c’était la langue du peuple, et le Bouddha enseignait à toute la population sans distinctions. Le sanskrit, par contre, était compris seulement par l’aristocratie. Comme la littérature du Theravada est en langue pali, on pense qu’elle est plus ancienne et qu’elle reflète plus fidèlement les paroles du Bouddha que la littérature du Mahayana et du Vajrayana qui est en sanskrit. Le Theravada est une pratique du bouddhisme dans laquelle les disciples s'entraînent en suivant l'enseignement du Bouddha transmis par des moines expérimentés, et atteignent le niveau de l'Arhat ou état de béatitude où on est libre des réincarnations. Dans le Mahayana et le Vajrayana, le concept de Bodhisattva, la personne compatissante, est central, et les pratiquants souhaitent s’incarner encore et encore pour pratiquer l’altruisme en aidant tous les êtres souffrants à atteindre le Nirvana. Le Mahayana insiste aussi sur la notion de vacuité, sunyata, déclarant qu’aucun phénomène n’a d’existence propre. Dans le Vajrayana, le but est le même mais la méthode est différente. La pratique associe la méditation à l’ésotérisme dans le but de devenir rapidement capable de libérer tous les êtres de la souffrance et de les mener à l’Eveil.

Le bouddhisme Theravada est pratiqué au Sri Lanka, au Myanmar, en Thaïlande, au Laos et au Cambodge, tandis que le bouddhisme Mahayana est suivi en Chine, au Japon, en Corée et au Vietnam, et sous sa forme Vajrayana il est très populaire au Népal, au Tibet, au Bhoutan, dans le nord de l’Inde et en Mongolie. On parle souvent de bouddhisme himalayen ou tibétain. Cependant, dans la vallée de Kathmandu au Népal on pratique une forme propre de Vajrayana, ainsi que, depuis environ un siècle, le bouddhisme Theravada.